Solutions Cloud pour les collectivités locales, faut-il se méfier ?

A propos de cet article

Le 5 avril 2016, une note d’information  relative à « l’informatique en nuage », autrement dit au Cloud Computing, était diffusée par le Ministère de l’Intérieur et le Ministère de la Culture et de la Communication. Dans cette note, le directeur général des collectivités locales et celui chargé des archives de France rappelaient que toute institution française produisant des archives publiques était dans l’obligation légale d’utiliser un Cloud « souverain ».

Mais qu’est-ce qu’un Cloud « souverain » exactement ? Entre les discours alarmistes sur les risques liés à cette nouvelle technologie et les consignes de l’état incitant à la dématérialisation des démarches et des données administratives, les collectivités se retrouvent souvent dans le flou et préfèrent de ce fait, botter en touche vis-à-vis de tels projets.

Pourtant, celles qui ont su miser sur le Cloud bénéficient aujourd’hui de nombreux avantages aussi bien dans leur travail quotidien que dans leur organisation. 

C’est le cas notamment de la commune de Laqueuille dans le Puy-de-Dôme (400 hab.)A la mairie, elles sont deux secrétaires à utiliser une solution Horizon Villages Cloud pour leurs logiciels de gestion depuis avril 2017.

 

Commune de Laqueuille

Audrey Rouel travaille à Laqueuille depuis 2014 : « Ce qui a motivé notre choix en premier lieu, c’était la possibilité de se connecter aux logiciels depuis n’importe où et comme nous sommes deux secrétaires aujourd’hui, c’est beaucoup plus simple de pouvoir travailler en même temps sur nos applications, chacune sur son poste. Le Cloud est plus rapide, plus pratique et les logiciels sont plus intuitifs. Nous gérons la comptabilité, la paye, l’état civil, les élections, la multifacturation, les formulaires administratifs, … et auparavant il m’est arrivé à deux reprises de rencontrer des problèmes matériels qui m’ont fait perdre environ 15 jours de travail à chaque fois ! A présent, l’ensemble des données est sauvegardé sur le Cloud sécurisé et si mon disque dur vient à rendre l’âme, je pourrai continuer à utiliser mes applications comme d’habitude en attendant le dépannage. Nous recevons des messages de mise à jour, celles-ci se font automatiquement, ça ne prend que quelques minutes. Nous sommes donc entièrement satisfaits de notre choix et des possibilités que nous offre le Cloud au quotidien. »

 

Conserver et sécuriser ses données sur le territoire

Pourquoi ? Parce que parmi les plus grands fournisseurs de Cloud à l’heure actuelle en Europe, la plupart sont américains et n’appliquent donc pas la même législation (le Patriot Act autorise l'administration américaine à accéder à tout moment et sans autorisation judiciaire aux données informatiques des entreprises ou des particuliers qui ont un lien, quel qu'il soit, avec les États-Unis). Les espaces de stockages tels que Google Drive, Dropbox, iCloud, etc… sont bien sûr également soumis au Patriot Act.

 

Mais alors, faut-il se méfier du Cloud ?

Non, car c’est une technologie qui est utilisée aujourd’hui dans la plupart des entreprises et qui a fait ses preuves. Cependant, il faut à la fois vérifier la nationalité du fournisseur de Cloud et s’assurer que les données sont réellement hébergées en France : un fournisseur français peut tout à fait sous-traiter l’hébergement à une entreprise étrangère.

Outre l’hébergement des logiciels qui permet un accès sécurisé depuis n’importe quel poste de travail fixe ou mobile connecté à internet, un Cloud souverain permet de sauvegarder automatiquement les données de la collectivité sur le territoire national en conformité avec la législation française.

Label-Cloud-souverain.png

 


A lire également : 

Cloud souverain : rappels pour la gestion des archives numériques dans les collectivités

Virus et programmes malveillants : comment protéger les données de ma collectivité ?

Inscrivez-vous à la newsletter !

Abonnez-vous pour recevoir toutes les actualités, les promotions du moment et les conseils de nos experts !

Pages complémentaires

Retour en haut de page